Randonnée pédestre en Norvège – 14 idées d’itinéraire

En Norvège, pays de la Nature par excellence, la randonnée est reine.  Il y en a pour tous les goûts et les paysages sont d’une très grande variété : marcher au bord des fjords, approcher des glaciers, découvrir toutes les richesses de la nature, se défouler dans des grandes étendues sauvages, gravir des sommets…

On s’est rendu en Norvège à 3 reprises et comme pour nous, voyager, c’est d’abord découvrir un pays à pied, on a fait des plusieurs dizaines de randonnées en famille du Sud au Nord. On a pu découvrir avec les enfants de magnifiques espaces de randonnées en Norvège ! Et c’est avant tout grâce à ces randos qu’on est tombés profondément, follement amoureux de ce pays scandinave!

Retrouvez dans cet article des topos de  randonnées faites avec nos enfants dans le sud de la Norvège où se concentrent fjords, glaciers et parcs.

Vous pouvez aussi retrouver dans l’article suivant les nombreuses randonnées qu’on a faites dans le nord de la Norvège:  Randonnées en Laponie

Retrouvez dans les articles suivants des idées pour préparer votre voyage en famille en Norvège :

Randonnées au bord des fjords de Norvège

Randonnée au Preikestolen au-dessus de Lysefjord

-randonnée famille preikestolen-fjord-Lysefjord-Norvège

Départ: se garer au parking du Preikestolen

Distance et dénivelée: on doit parcourir 3,8 km sur 350 mètres de dénivelée.

Difficultés: on emprunte un sentier raide très rocailleux puis marécageux. On franchit de longs pontons posés sur des tourbières. Le sentier traverse un chaos rocheux très pentu. On longe une falaise : le chemin est assez large pour passer en sécurité avec des enfants sans même avoir besoin de les encorder.

En savoir plus avec l’articles Randonnée au Preikestolen

cascade-des-7-soeurs-sur-Geirandgerfjord-Norvège-en-familleRandonnée le long du fjord Geirangerfjord

Infos : si vous êtes allergique à la foule qui sillonne le Geirangerfjord, alors cette randonnée est pour vous. Elle permet de longer le fjord classé à l’Unesco sans croiser grand monde (nous avons croisé personne…). Vous pouvez approcher une des attractions phares du fjord, la fameuse cascade des 7 sœurs.

Départ : depuis Gandje, au pied du camping. Il faut trouver le panneau qui indique la balade au fond du camping

Distance et dénivelée : 1,5 km jusqu’à la cascade.

Difficultés : cette randonnée avec ses 1,5 km n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. Pour commencer le sentier se perd dans les hautes herbes au début… il faut arriver à le retrouver. Cette balade est indiquée sans dénivelée… sauf que l’on ne cesse de monter et descendre ! Par ailleurs, le sentier est très rocailleux, marécageux par endroit. On traverse un pierrier qui nécessite d’être très prudent avec des enfants.

Topo détaillé de la randonnée
Depuis Gandje, on commence une balade classée familiale. Nous sommes seuls, même pas l’ombre d’un Norvégien.
Le sentier longe le fjord et doit nous permettre d’approcher l’une des plus fameuses cascades de la Norvège, la cascade des 7 sœurs. La balade est qualifiée balade nature par un panneau. On le croit sans peine! On suit avec difficulté le sentier qui se perd dans des herbes hautes puis s’enfonce dans des sous bois très humides. Le sol est marécageux, semé de pierres glissantes.

Cette balade dépourvue de dénivelée et longue de seulement 1,5 km nous avait paru très facile, familiale, un amuse-gueule pour se dégourdir les jambes. En réalité, on se retrouve sur un sentier casse-gueule… On avance très lentement dans un décor tropical. On doit faire attention à chacun de nos pas, veiller sur ceux des enfants. Le sentier traverse un pierrier vertical. On monte haut avant de redescendre près du rivage rocailleux.
On finit par jeter l’éponge: on a aperçu un bout de la cascade des 7 sœurs. Ça ira bien! Avancer sur des rochers glissants, s’enfoncer dans la boue, éviter les orties est très éprouvant sans parler des racines qui affleurent et nous font des croche-pattes.

Il se remet à pleuvoir: on se réfugie dans une cabane en ruine qui a conservé son toit. Alors que l’on attend une accalmie, nous voici projetés quelques siècles en arrière: avons-nous marché à reculons dans le temps?

Nous voyons avancer vers nous à vive allure un drakkar rempli de Vikings! Allons-nous être décapités et nos crânes vont-ils servir de récipients pour trinquer à la santé du dieu Thor?

séjour-norvege-famille-bateau

Alors que l’embarcation est très proche du rivage, on aperçoit des visages très souriants mais rien de très Viking dans leur mine. Ce ne sont que des touristes déguisés. Dommage!
Il nous faut reprendre le chemin du retour sous une pluie battante.

 

Randonnée au-dessus du Norddasfjorden

Infos : très belle randonnée qui mène à un superbe point de vue sur le fjord Norddasfjorden, le Blåhornet. A mi-parcours, on parvient au lac de Kilstisetra avec ses maisons en bois éparpillées sur ses rives. Une très belle table en pierre plate avec des sièges permet de prendre la pique-nique dans ce cadre pastoral. Nos enfants ont aussi investi une barque qui se trouvait sur le rivage pour jouer aux Vikings.

Départ : au-dessus du fjord Norddasfjorden en direction d’Eidstal et du hameau de Kilsti. Des panneaux sont en bord de route, une table en bois leur font face.

Distance et dénivelée : environ 300 m de dénivelée.

Difficultés : Aucune difficulté sur une grande partie du sentier. En revanche, le sentier devient très raide avant d’arriver au sommet. Une fois au sommet, on peut suivre un autre sentier beaucoup moins raide et qui revient au lac.

Topo détaillé de la randonnée

 carte-norvège-rando

 

norvège-panneau-randoNous sommes au pied du panneau à proximité du hameau de Kilsti, départ de notre randonnée en Norvège. Le sentier spongieux puis bucolique suit un cours d’eau. Des bouleaux étirent leur bras torsadés au-dessus d’un tapis de fougères. Pas de sentier rocailleux et glissant, pas de pluie malgré des nuages grisâtres qui stagnent au-dessus de nous.

Mais… mais le sentier se perd dans l’eau… Notre sentier qui suivait le cours d’eau a disparu, on aperçoit sa trace de l’autre côté de la rivière: le pont qui doit permettre de le traverser est démantibulé. Les planches gisent dans l’eau.

Papa randonneur entreprend de le reconstituer. On parvient à franchir le cours d’eau d’abord sur trois planches branlantes qui reposent sur un gros rocher. Depuis ce rocher, on poursuit en équilibre sur deux autres planches.

On parvient à Kilstisetra: dans un cadre pastoral, une poignée de maisons au toit herbu bordent un lac. Des myriades de linaigrettes illuminent ses rives. Des orchis émaillent la prairie qui entourent le lac. Il n’y a cependant pas âme qui vive. Nous déjeunons seuls dans ce cadre serein, installés sur des gros rochers humides, donc les fesses mouillées pour ne pas perdre nos bonnes habitudes norvégiennes…

 

norvège-randonnée-pédestre-enfants

norvege-randonnée

On reprend notre randonnée norvégienne en direction du point de vue de Blåhornet. Le sentier devient brusquement très abrupt et longe un précipice. On avance à quatre pattes à certains endroits. Bon an mal an, on finit par atteindre le sommet. Le vent cingle violemment. La vue est bouchée par le brouillard. Nous patientons, abrités derrière une maison qui s’élève sur ces hauteurs. Nous attendons une éclaircie. Notre attente finit par être récompensée: quelques trouées à travers les nuages nous permettent d’apercevoir le panorama sur le fjord. Le peu que nous voyons nous impressionne, nous sommes à la verticale du fjord dont on distingue les différents bras.

randonnée-Norvege-fjord

On redescend par une pente heureusement plus douce mais très spongieuse. Notre voyageur en herbe constate: « La Norvège, c’est le pays de l’eau, même les chaussures sont mouillées!»

Même si cette randonnée en Norvège ne nous a pas permis de contempler dans son intégralité le Norddasfjorden, on a apprécié de découvrir la nature et des paysages sauvages de Norvège avec cette randonnée en pleine nature.

De retour au lac de Kilstisetra , nous dénichons une large pierre plate autour de laquelle sont disposés des rochers. Nous nous installons bien volontiers autour de cette table rustique pour la pause-goûter. Une barque est amarrée près du rivage: les enfants s’y installent et s’amusent à jouer aux… Vikings bien sûr ! Ils sont devenus Norvégiens jusque dans l’âme !

Le reste de la randonnée se fait par le même sentier.

 

Randonnées vers des glaciers en Norvège

Randonnée vers le glacier Brikdalsbreen

Infos : la randonnée au glacier du Briksdalsbreen est une des randonnées incontournables pour approcher un glacier. Le sentier qui mène à ce glacier est très verdoyant. On passe même devant des chèvres qui paissent dans un pré ! Cette verdure crée un contraste d’autant plus saisissant avec le glacier qui s’écoule entre 2 parois rocheuses. Un très beau lac d’un vert laiteux s’étale au pied du glacier.

Départ : parking Brikdalsbreen dans le comté de Sogn og Fjordane

Distance et dénivelée : environ une demi-heure et 100 m de dénivelée. Vous pouvez monter dans des troll cars qui vous déposent presque au pied du glacier.

Difficultés : aucune. Sentier très facile qui longe une rivière tumultueuse et passe devant une très belle cascade.

Topo détaillé de la randonnée

Une piste mène vers le glacier de Brikdalsbreen. On longe une rivière et une cascade tumultueuses. On gravit une bosse et surgit devant nous, coincée entre deux parois rocheuses rougeâtres, la gigantesque coulée bleutée du Briksdalsbreen. Quel contraste avec la végétation très dense et verdoyante qui nous entoure! On longe même un pré dans lequel broute un troupeau de chèvres. 

randonnée--Norvège-glacier-Bodalsbreen

glacier-Bodalsbreen-Norvège

randonnée-glacier-Bodalsbreen-Norvège-randonneur

Nous parvenons au pied du glacier qui finit sa course dans un lac vert opalin. La végétation a brusquement cédé la place à un univers minéral. La foule dense se presse autour du glacier, un des plus prisés de Norvège. Jusqu’en 2005, on pouvait le fouler. Mais la fonte du glacier ( il a reculé de 500 m en 15 ans) et l’apparition de fissures ont rendu toute randonnée glaciaire trop périlleuse.

Randonnée au Glacier Bødalsbreen

Infos : glacier peu touristique auquel on accède par une très belle balade, une des plus belles de notre voyage en Norvège. La rando en elle-même est aussi sympa que le glacier Bødalsbreen. On longe une très belle rivière puis un ensemble de maisons colorées en bois typiques. Il est possible d’approcher de très près le glacier.

Départ : on accède au point de départ par une piste à péage très facile mais plutôt étroite (interdite au camping-car) à quelques kilomètres d’Olden

Durée: 1 h de marche sans dénivelée

Difficultés : aucune difficulté.

Topo détaillé de la randonnée

La piste qui mène au parking est très étroite, impossible d’accès pour les bus et les camping-cars. Nous sommes hors des sentiers battus. Trois voitures stationnent sur le parking lorsque nous arrivons au bout de la piste.

Un panneau indique que le glacier Bødalsbreen n’est qu’à trois quarts d’heure de marche.

Nous suivons d’abord le cours d’une large rivière qui provient de la fonte du glacier. Les nuages s’écartent devant nous. Le paysage est baigné de la lumière dorée de fin de journée.

randonnée-Norvege-montagne-avec-enfants

randonnée-Norvege-montagne

On suit un sentier plat qui passe devant un alignement de maisons rouge et marron sur fond de montagnes enneigées. Je ne me lasse pas de contempler ces maisons qui s’intègrent parfaitement à leur cadre rupestre.

randonnée-Norvège-montagne

Une demi-heure plus tard, nous découvrons le vaste et massif Bødalsbreen. Pas un glacier ne se ressemble. Celui-ci prend ses aises. Il s’étale largement dans le vallon. On peut l’approcher d’assez près pour admirer les entailles de ses crevasses et les pics de glace qui hérissent son dos. Une bête antédiluvienne semble endormie sous cette épaisse couche de glace.

randonnée-glacier-Bodalsbreen-Norvège

Rando au Glacier Nigardsbreen

Infos: la randonnée permet d’être sous le glacier Nigardsbreen dont on peut voir les très belles veines bleutées : fascinant ! A partir de 6 ans, il est possible de marcher sur le glacier lui-même avec un guide qui vous fournit le matériel. Sur les rives, les enfants peuvent récupérer d’énormes blocs de glace transparente.

Départ : emprunter la route qui mène au fond de la vallée de Jostedalen jusqu’au parking qui marque la fin de la route.

Distance et dénivelée : une heure de marche avec dénivelée très léger

Difficultés : sentier très bien aménagé malgré des passages très accidentés (de nombreux escaliers en bois et des mains courantes ont été posés sur les rochers qui jalonnent le parcours). La seule vraie difficulté, ce sont les pierres devenues très lisses avec les nombreux passages des touristes.

Topo détaillé de la randonnée
Le Nigardsbreen descend jusque dans le fond de la vallée de Jostedalen. On suit la route qui traverse un paysage morainique creusé par le retrait du glacier au XVIIIe siècle. On aperçoit au loin le glacier qui descend à pic dans la vallée.

glacier-Nigardsbreen-Norvège-avec-enfants

La route s’arrête à une heure de marche de la langue glaciaire. On s’engage sur un sentier qui a été aménagé avec soin. De nombreux escaliers en bois, des mains courantes montent à l’assaut des rochers qui jalonnent le parcours. Il ne manque plus qu’un tapis roulant pour nous emporter au pied du glacier. Cela dit, avancer sur ce sentier n’est pas une mince affaire. On doit veiller à ne pas déraper sur la roche rendue glissante par la bruine.

On longe des criques couleur vert d’eau. On approche du glacier lorsqu’on aperçoit dans l’eau d’énormes blocs de glace transparente.

On gravit des mamelons rocheux lissés par le passage de millions de tonnes de glace. Une petite éminence à franchir et nous voici nez à nez avec la coulée de glace bleutée. On voit de près les fentes turquoise des crevasses. Juste au-dessus de nous, s’étirent de longues files indiennes de randonneurs qui évoluent entre les blocs de glace.

On déjeune sous la masse tutélaire du glacier, entre deux mamelons rocheux, à l’abri du vent glacial.

glacier-Nigardsbreen-Norvège-avec-enfants-voyage

glacier-Nigardsbreen-Norvège-en-famille-voyage

glacier-Nigardsbreen-randonneurs

glacier-Nigardsbreen-Norvège

 

Randonnée au glacier Svartisen

2 randonnées très sympas et très différentes vers le glacier Svartisen et réalisées alors qu’on montait dans le Nord de la Norvège :

Randonnée vers le Svartisen Glacier Austerdalsisen

Une randonnée bien norvégiennes qui permet de toucher le glacier: on accède au départ après une traversée en bateau d’un lac. Il ya des départs de bateau toutes les heures. Le glacier se trouve ensuite à 3 km de marche.

Le sentier longe une formidable cascade et monte à flanc de montagne par un sentier rocailleux mais régulier et facile. En haut de la cascade, on suit les points rouges qui partent sur la droite. On marche sur du rocher rouge mais quel rocher! le glacier, l’érosion l’oxydation ont sculpté et rendu rougeoyante la roche avec mille nuances d’ocre. 

Des panneaux tous les 500m nous permettent de savoir à quelle distance se trouve notre glacier norvégien.

On contourne une montagne et soudain on aperçoit nous une grosse masse blanche meringuée! Le glacier est monumental, magnifique!

Le glacier est vivant: on entendes blocs de glace qui se fracassent. Après une heure de marche, nous voici au pied du glacier qui nous domine de plusieurs mètres de hauteur. On voit de près ces belles anfractuosités bleutés qui parcourent le glacier comme des veinules. La roche orangée forme un écrin qui contraste avec le glacier. Un lac glaciaire verdâtre s’étale au pied du glacier. 

Les enfants s’amusent avec les gros blocs de glace qui jonchent le sol: leurs vacances sont uniques!

On doit revenir (à regret) à fond de train pour ne pas rater le dernier bateau du retour à 18h40. 

randonneurs-enfants-glacier-svartisen-norvège

Randonnée pour approcher une autre langue du Svartisen Glacier, l’Engabreen

Comme pour la rando précédente, accès en bateau au départ de la rando : 8 km A/R.

En 10 minutes, le bateau nous emmène au départ de la randonnée vers le glacier norvégien. On est à 4 km du glacier. On suit une piste plate assez monotone. Il est possible de louer des vélos. 

La piste arrive au bord du lac glaciaire que l’on contourne. On traverse une forêt puis atteint la partie rocheuse rabotée par le passage du glacier.On longe ensuite des cables puis suit des marques bleues. ON monte ensuite par une sentier très escarpé. Certains passages sont très raides et nécessitent de faire un peu d’escalade. Rien de bien méchant: nos enfants passent comme des cabris!

On atteint enfin le haut de la pente: on est face au glacier avec son relief tourmenté, hérissés de pics, fissuré de crevasses bleutées. On sent l’air frais, presque palpable, qui descend du glacier.

Retour par le même sentier à l’embarcadère. 

 

Randonnée dans des parcs nationaux en Norvège

Pêche et rando dans le parc de Dovrefjell

Infos : très belle randonnée en pleine nature norvégienne qui longe de nombreux plans d’eau de toutes tailles, de la petite mare au lac. Ce doit être un coin de pêche. On a croisé de nombreux groupes ou familles canne à pêche en main. On peut apercevoir au loin les sommets enneigés du Dovrefjell qui s’élèvent à 1700 m de hauteur. On a fait un aller-retour jusqu’à Gavalia, un large lac bordé de quelques maisons en bois.

Départ : Non loin de Kongsvold, on s’arrête au parking de Grønbakken

Distance et dénivelée : aucun dénivelée et distance selon votre convenance…

Difficultés : aucune

Topo détaillé de la randonnée

On est dans un coin de pêcheurs: on croise des familles avec de jeunes enfants ou des ados cannes à pêche en main. Ils vont pêcher au bord de l’un des nombreux lacs que notre balade longe.

On aperçoit au loin les sommets enneigés du Dovrefjell qui s’élèvent à 1700 m de hauteur. Des nuages noirâtres assombrissent le paysage tandis que çà et là des percées de soleil l’illuminent. Nous faisons souvent des pauses près des lacs dont les eaux calmes dédoublent et transfigurent le paysage.

On parvient à Gavalia, un large lac bordé de quelques maisons en bois.

randonnée-norvege-été-parc-dovrefjell

randonnée-en-norvège-parc-dovrefjell

randonnée-norvege-parc-dovrefjell

norvege-randonnée-parc-dovrefjell

 

Balade et bœufs musqués dans le parc de Dovrefjell

Infos : le départ de la balade vaut déjà le détour. On est juché sur une colline entourée de montagnes aux cimes enneigées et aux flancs parcourus de lichen vert clair. On nous a indiqué cette rando pour y rencontrer l’attraction du parc, le bœuf musqué vivant à l’état sauvage. Une large piste mène au point de vue de Snøhetta.

Avec un peu de chance, vous y trouerez un garde avec un téléobjectif qui vous montrera les bœufs musqués qui se baladent dans le parc et avec juste un peu de chance, vous en verrez passer un devant vous (on a eu cette chance et d’autres personnes aussi: il semble que ce soit assez facile d’en apercevoir).

Petite précision: le point de vue de Snøhetta comporte un refuge aux formes modernes avec une immense baie vitrée qui ouvre sur le parc. Cerise sur le gâteau: le garde qui se trouvait sur place a allumé le poêle du refuge et nous a servi du thé et des petits cakes!

parc-dovrefjell-Norvège-en-famille

Départ : point de vue de Hjerkinn situé en bout de piste

Distance et dénivelée : 1,5 km de montée régulière

Difficultés : aucune

Topo détaillé de la randonnée

Dans le parc de Dovrefjell, on espère apercevoir sans trop y croire un survivant qui a passé les âges avec placidité depuis deux millions d’années, un survivant qui a côtoyé les mammouths: le bœuf musqué, sorte d’énorme yak dont les poils pendouillent jusqu’au sol et dont la très large tête est coiffée d’épaisses cornes plates.

Ces animaux préhistoriques avaient survécu au Groenland mais avaient disparu depuis plus de 30 000 mille ans en Norvège. En 1932, dix bœufs musqués prélevés au Groenland furent réintroduits dans la parc mais ils disparurent pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre 1947 et 1953, vingt-et-un animaux furent à nouveau amenés dans le parc: ce sont les ancêtres des bœufs musqués actuels. Entre 2005 et 2010, 190 à 226 têtes furent recensées dans le parc de Dovrefjell.

Nous savons que nos chances d’apercevoir cet animal sont maigres. Nous tentons d’augmenter ces chances en montant à un point de vue réputé pour offrir un large panorama sur le parc et faciliter ainsi le repérage des bœufs musqués. Un kilomètre et demi de montée régulière sur une large piste nous mène à Snøhetta. Le rideau de nuages se lève et nous dévoile le sommet que l’on doit atteindre droit devant nous. Au loin, nous apercevons un bâtiment rectangulaire posé au bout de la piste.

Au point de vue de Snøhetta, la plus fastueuse des surprises nous attend. Deux hommes nous ont dépassés: l’un d’eux est un garde du parc qui tracte une petite charrette derrière lui. Ils disparaissent à l’intérieur du bâtiment. Nous les suivons et pénétrons à notre tour… dans un cocon! Une longue pièce chaleureuse tout en bois donne sur une longue baie vitrée. Une banquette en bois tout en rondeur court sur le mur du fond: on s’y love, s’y fond avec délices.

Le garde déballe le contenu de la charrette: il dispose sur une petite table des petits cakes, prépare du thé et du café… qu’il nous offre! L’hospitalité norvégienne nous laisse pantois et heureux comme des coqs en pâte.
Et ce n’est pas fini! Un poêle suédois étire son long cou de girafe sur le côté de la pièce. Le garde s’affaire autour et bientôt des flammes illuminent la pièce. Une douce chaleur se répand autour de nous et finit de nous achever: on ne veut plus partir!

On est au paradis, aux anges, au septième ciel tout à la fois lorsque le garde installe une longue-vue et, après avoir inspecté l’horizon avec des jumelles, nous interpelle et nous invite à regarder à travers la longue vue: «muskox…» nous dit-il en toute simplicité. Médusés, nous découvrons à tour de rôle une harde de 8 bœufs musqués dont 2 petits qui se déplacent d’un pas lent entre deux gros névés.

Le garde repère un autre bœuf en contrebas: c’est un vieux mâle solitaire. On a l’impression d’observer un mammouth tant il nous paraît gigantesque. Notre randonneuse en herbe a l’œil collé sur la longue-vue: elle n’en décolle plus. Elle s’est éprise du vieux bœuf et ne le quitte pas de l’œil. Elle suit et commente ses déplacements le long d’une clôture. Intrigués, nous demandons la raison d’être de cette délimitation au sein du parc. On apprend qu’il s’agit des limites d’un ancien champ d’entraînement au tir… Devant notre air perplexe, le garde, nous précise que le champ devrait être nettoyé pour permettre aux bœufs de circuler en toute sécurité.

Soudain, c’est le branle-bas de combat: on s’agite autour de nous. Le garde sort précipitamment. Devant nos yeux ahuris, à un pas ralenti, un bœuf musqué longe la baie vitrée derrière laquelle on s’est massés. Il poursuit son chemin à une allure philosophique, ignorant superbement l’agitation que suscite son passage inattendu.

Cette vision extraordinaire nous incite à nous extraire de notre cocon. Nous sillonnons les hauteurs. Non sans prudence. Même si le bœuf musqué n’est pas par nature agressif, il peut tout de même charger à la vitesse de 60 km/h s’il se sent menacé. Il est conseillé de se tenir au moins à deux cents mètres pour être en sécurité mais aussi, pourrait-on ajouter, pour respecter la tranquillité de l’animal.

Alors qu’on passe une bosse, nous tombons en arrêt: à 300 m devant nous, on a aperçu une tache sombre. C’est probablement le bœuf musqué qui, quelques minutes plus tôt, faisait la parade devant le refuge en bois. Il est assis sur son séant et semble contempler l’horizon. Les minutes s’écoulent, pas un poil ne bouge, il semble figé en pleine méditation bouddhiste. Nous nous éloignons, le laissant à son recueillement immobile.

 

Randonnée dans le parc de Dovrefjell

4 ans après cette 1ère rando, on a fait un 2nd voyage en Norvège dans la région des Lofoten. Lors de notre montée dans le Nord de la Norvège, on a fait une halte dans le parc de Dovrefjell pour revoir nos boeufs musqués.

On s’est rendu à nouveau point de vue de Snohetta, à Tverfjellet pour observer nos grands seigneurs du Nord: comme lors de notre 1ère rando, ils étaient au RV. Au sommet, on retrouve notre refuge cosy et notre large panorama montagneux et recouvert de lichen doré. Depuis le refuge, on n’aperçoit pas nos boeufs musqués. 

On se rend sur le sommet qui se trouve dans le prolongement du refuge. Depuis ce promontoire, on finit par distinguer en contrebas 2 boeufs musqués qui broutent.

Notre randonnée s’est transformée en boucle: on a descendu le flanc de notre colline pour approcher et observer les boeufs musqués à distance raisonnable et respectueuse. 

En contre bas, on a récupéré une piste qui contourne la  bosse du Tverfjellet et on est revenu au parking.

 

Randonnée dans le parc des Rondane en Norvège

Infos : le “Barthstigen Trail” est une randonnée en Norvège avec des panneaux d’interprétation. On peut découvrir avant de marcher la Barthbue, reconstitution d’une hutte en bois de chasseurs. Belle vue sur le plateau et, plus loin, l’immense calotte glaciaire du Jøtunheimen. Les enfants peuvent de lancer dans la chasse de fossés creusés par des chasseurs de rennes. Ce qui vaut aussi le détour, c’est la piste aux airs d’altiplano qui mène au départ de la randonnée.

Départ : suivre Døvre puis piste de Grimdalsvegen jusqu’au Fjellcamping

Distance et dénivelée : 2,8 km et 100m environ de dénivelée

Difficultés : aucune

Topo détaillé de la randonnée

On s’arrête devant la Barthbue pour emprunter à pied le “Barthstigen Trail”. Ce sentier porte le nom du couple Sonja et Edvard Barth qui a consacré tous ses efforts à l’étude du quotidien des chasseurs de rennes sauvages dans le parc national des Rondane.

La Barthbue est la reconstitution d’une hutte en bois de chasseurs: nous découvrons l’intérieur sombre et exigu de la cabane. Un foyer occupe le centre de la pièce. Aucun feu ne s’y élève, pourtant une douce atmosphère règne à l’intérieur. Nous nous installons avec volupté sur les fourrures étalées à même une banquette surélevée qui court tout autour de la pièce. On s’y vautre d’aise. Cette banquette servait autrefois de couchette. Il nous faut beaucoup de volonté pour nous en extraire et affronter le vent froid, parfois la bruine qui sévissent à l’extérieur.

Sous un ciel grisâtre, nous nous engageons sur le sentier de découverte du “Barthstigen Trail”. Des panneaux d’interprétation sont disposés tout le long du parcours. L’un d’eux nous éclaire sur des hauts et larges mamelons entre lesquels le sentier sillonne: nous apprenons qu’il s’agit de tumulus. Il y en a cinq : le plus large mesure 10 m de diamètre et s’élève à plus d’un mètre de haut. Aucune de ces tombes n’a été excavée mais elles furent néanmoins pillées il y a bien longtemps.
Nous continuons notre progression à travers une forêt de bouleaux. La vue se dégage sur les ondulations du plateau sculpté par les glaciers quelques 2,5 millions d”années plus tôt. D’après le plan du sentier, nous approchons d’un système de “hunting pits”, des fosses de chasse reliées entre elles. A la différence des “pit traps” trouvés dans les montagnes, les “hunting pits” sont des fossés qui ne sont pas tapissés de pierres.

Les enfants se lancent dans une chasse au trésor inédite: c’est au premier qui trouvera un fossé de chasseur. Ils courent en tous sens et n’aperçoivent pourtant pas un fossé à droite du sentier… On doit les rappeler: ils reviennent en courant et posent enfin les yeux sur le fossé d’une belle envergure: il mesure plus de 2 m de long et 1 m de large. Les enfants descendent dans le trou qui fait plus de 2 m de profondeur. Ils repartent enthousiasmés et découvrent deux autres fossés un peu plus loin de taille plus modeste.

La chasse aux rennes fut très pratiquée dans cette partie de la Norvège. De l’âge de fer au Moyen Âge, les chasseurs utilisaient un système de “pitfall”, de chausse-trappes. Celles-ci étaient aménagées de manière stratégique, sur les routes migratoires empruntées par les troupeaux de rennes. Des barrières étaient érigées pour diriger les animaux vers ces fosses dont le nombre pouvait être très variable (de cinq à une centaine).

Dans le fond de ces trous était disposée une caisse en bois rectangulaire. Pendant la chasse, la chausse-trappe était camouflée à l’aide de lattes, de branches, de mousses et de bruyères. Un rondin était le plus souvent disposé en travers dans le fossé de sorte que le renne se retrouvait suspendu par-dessus. Dans d’autres chausse-trappes, une lance en bois acérée était plantée au fond du trou: en tombant le renne s’empalait sur la pointe dressée.

Ce système de “pitfall” fut utilisé jusqu’au XVIIe siècle avant que des lois limitent leur utilisation. De plus, les armes à feu ont peu à peu remplacé cette technique qui finit par être abandonnée au XVIIIe siècle. Une loi fut promulguée en 1863 pour interdire définitivement l’utilisation de ces chausse-trappes.

chalet-norvège

randonnée-rondane-norvège

Rando au Formokampen dans le parc des Rondane

Infos : le Formokampen est un sommet pyramidal qui culmine à 1428 m. Depuis ce sommet, vaste et somptueux panorama à 360°avec des plaines dorées de lichens et montagnes aux cimes enneigées. Possibilité de faire une boucle en partant sur le côté du sommet : vous pouvez apercevoir alors des trous tapissée de cailloux. Ce sont des trous de chasseurs de rennes.

Départ : à 17 km au nord d’Otta, il faut quitter la route E6 et tourber à droite en direction de Høvringen. Io faut ensuite prendre la direction de Putten Setter. Il faut vous acquitter d’un droit de passage au péage (environ 50 NOK en 2012). Personne ne vérifie que vous payez. C’est a priori à la bonne volonté des automobilistes. On a payé sans rechigner. La piste large ne pose aucun problème, pas de cailloux, que du graviers et aucun nids de poule.

Distance et dénivelée : 4,6 km aller et 400 m de dénivelée

Difficultés : sentier très spongieux au départ, ensuite plus aucune difficulté particulière. Le chemin monte tout droit en direction de la pointe du Formokampen

Topo détaillé de la rando

Le sommet du Formokampen se trouve dans le parc national des Rondane au centre de la Norvège. C’est un parc constitué de vastes plateaux et où s’élèvent des hautes montagnes, 10 pics à plus de 2 000 m. Dès 1 500 m, le lichen aux teintes dorées dominent. Henrik Ibsen décrivait les Rondane comme des «palais empilés sur des palais». On ne peut mieux dire!

Pour accéder au point de départ, on emprunte une large piste accessible aux voitures qui nous mène à Putten Setter, un hameau constitué de quelques maisons en bois.

Sur un dépliant que l’on a récupéré la randonnée est décrite comme étant “familiale”. On est devant le panneau de départ: la couleur des panneaux de randonnée en Norvège détermine la difficulté d’une balade. Or, notre panneau est rouge… Ce n’est pas la couleur d’une balade familiale. On devrait avoir du bleu ou du vert… On aperçoit le sommet pyramidal que l’on souhaite gravir, le Formokampen qui s’élève à 1428 m. Il nous paraît bien inaccessible.

On ne se décourage pas, on s’engage malgré tout sur le sentier détrempé, spongieux et noyé sous l’eau boueuse par endroit. Les petites pattes des enfants s’y enfoncent parfois jusqu’à la cheville. Heureusement, après un heure de marche, le sentier s’élève sur une pente plus rocailleuse et surtout sèche qui sillonne à travers une immense prairie tapissée de lichens dorés.

rondane-randonnée-pédestre

norvege-randonnée-cairn

randonnée-norvège-piège-chasseur

C’est dans ce décor au couleur lumineuse de l’automne que l’on se dirige vers la pointe saillante du Formokampen. D’après le panneau de départ, il faut parcourir 4,6 km pour atteindre le sommet. A vue d’œil, il nous reste 400 m de dénivelée à gravir. Nous sommes à mi-parcours après une heure de marche. Les enfants avancent allègrement et nous donnent espoir de parvenir au sommet contre toute attente.

Nous atteignons le grand cairn qui surmonte la pointe du sommet.

Nous sommes subjugués par le vaste panorama qui se déroule à nos pieds: des plaines dorées de lichens sont surmontées de montagnes rocailleuses aux cimes enneigées. C’est sublime!

Des trous de chasseurs de rennes dans les Rondane

Nous devons redescendre à regret de notre belvédère. A la descente, notre globe-trotteur en herbe aperçoit des trous tapissés de pierres. Ces excavations nous intriguent, elles n’ont évidemment rien de naturelles. Qui a bien pu s’amuser à faire des trous tous les dix mètres et à déposer des pierres à l’intérieur? A quoi servent-ils?

Alors que l’on poursuit notre descente, je me remémore soudain un passage d’un dépliant touristique sur le parc des Rondane: Il y était question des traces des anciens sites de chasse que l’on pouvait facilement trouver. Ces trous sont des “walled pits traps”, c’est l’un des deux types de pièges utilisés autrefois pour attraper les rennes sauvages.

Cette randonnée en Norvège reste un de nos meilleurs souvenirs. Et malgré la couleur rouge affichée par le panneau de départ, cette marche peut se faire sans aucune difficulté particulière avec des enfants.

 

Randonnée dans le parc du Jotunheimen

C’est le poète norvégien Aasmund Olavsson Vinje qui donna en 1862 le nom de Jøtunheimen aux montagnes du parc, inspiré par le paysage sauvage et la mythologie norvégienne. Il signifie littéralement la maison des Géants (Jotnane). Une telle désignation n’a rien d’étonnant: le parc compte les plus hautes montagnes de Norvège dont 275 sommets à plus de 2000 m, le Galdhøpiggen (2469 m) étant le point culminant. Il compte aussi de nombreux glaciers, soixante exactement. Depuis le XIXe siècle, c’est la région la plus fréquentée par les randonneurs et les grimpeurs. Et ils sont gâtés: ils peuvent arpenter plus de 300 km de sentiers balisés.

Infos : avec cette randonnée, on peut apercevoir le Galdhøpiggen, plus haut sommet de Norvège. Randonnée très sauvage entre de hauts sommets. A partir de Spiterstulen, on a suivi un sentier qui longe un cours d’eau sur près de 4 km. Les possibilités de randonnées sont nombreuses à Spiterstulen, le Chamonix de la Norvège.

Départ : parking de Spiterstulen auquel on accède par une piste parfois tollée

à 17 km au nord d’Otta, il faut quitter la route E6 et tourber à droite en direction de Høvringen. Io faut ensuite prendre la direction de Putten Setter. Il faut vous acquitter d’un droit de passage au péage (environ 50 NOK en 2012). Personne ne vérifie que vous payez. C’est a priori à la bonne volonté des automobilistes. On a payé sans rechigner. La piste large ne pose aucun problème, pas de cailloux, que du graviers et aucun nids de poule. : dénivelée léger et distance selon votre convenance!

Difficultés : aucune

norvège-montagne

norvege-montagne

montagne-norvege

Sognefjellsvegen, sur le toit de la Norvège

Infos : randonnée dans le parc du Jotunheimen, sublime avec ses hauts plateaux, ses vastes glaciers bleutés et ses lacs glacés couleur turquoise. Cette randonnée fut complètement improvisée. Chacun peut inventer sa propre randonnée dans ces lieux magiques. Nous avons emprunté une route secondaire puis nous sommes partis à pied sur ce vaste plateau en visant un sommet mais les enfants ont visé des gros rochers pour grimper et sauter !

Départ : accès par la Sognefjellsvegen, l’une des plus belles routes de Norvège surnommée “la route sur le toit de la Norvège”. On s’est arrêtés après Krossbu.

Distance et dénivelée : selon votre convenance !

Difficultés : aucune !

Sognefjell-Norvège-en-famille

Sognefjell-Norvège-avec-enfants

randonnée-norvege-randonneurs-enfants

Norvège-en-famille-llac

norvege-en-famille-avec-enfants-montagne-et-lac

Retrouvez nos conseils et retour d’expériences de randonnée en famille: randonnée avec enfant – conseils

 

En partageant cet article sur les randonnées en Norvège, vous faites profiter aux autres ce que vous avez appris! Un petit clic de partage et un grand merci!

*** Les indications sont données à titre indicatif et n’engagent en rien la responsabilité de l’auteur.




12 thoughts on “Randonnée pédestre en Norvège – 14 idées d’itinéraire

  1. Agathe Houlette

    Bonjour ! Merci pour ces superbes photos et ces idées de rando en famille. Nous préparons notre voyage avec nos 2 enfants pour juillet, et notamment l’équipement nécessaire. Pouvez-vous me dire en quelle saison vous y êtes allés ? Faut-il prévoir les mêmes vêtements et chaussures qu’ici en hiver pour ces randonnées ? Merci d’avance,
    Agathe

  2. Gaïa d'enfant-en-voyage.com Poster auteur

    Bonjour Agathe
    Merci pour le commentaire. On s’est rendu 3 fois en Norvège au mois de juillet à chaque fois. Pour l »équipement rando, je vous conseille de prendre les vêtements d’hiver. On ne l’avait pas fait la 1ère année dans le sud et on l’avait bien regretté. Le temps peut être vite changeant. Et dès qu’il n’y a plus de soleil, il fait plutôt froid. Tout dépend aussi où vous vous rendez en Norvège: le pays est très long avec des climats assez différents du nord au sud. Sur nos 3 voyages, bizarrement, c’est dans le sud qu’il fait le plus humide et que la météo était la moins clémente (pareil pur une amie qui s’y est rendue 2 ans plus tard). Alors que du côté de la Laponie norvégienne et des îles Lofoten, on a eu pas mal de soleil et plutôt chaud.
    Bon à savoir: si vous allez en Norvège en juillet, vous serez en période de soldes. Pour notre 2ème voyage, on en avait profité pour acheter des vêtements techniques norvégiens qui sont d’excellente qualité.
    Je vous souhaite de belles randos et un beau voyage en famille en Norvège!

  3. HOULETTE Agathe

    Merci beaucoup pour vos précieux conseils. Effectivement nous partons en juillet dans la région des fjords du dus-ouest. Nous partirons donc avec les vêtements d’hiver pour les randos !

VOTRE COMMENTAIRE OU QUESTION

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.