Randonnée avec un âne

Randonnée avec un ANE! Lorsqu’on annonce la nouvelle aux enfants, leurs yeux s’écarquillent. Oui, on part randonner avec un ANE pendant 2 jours! On en parlait depuis plusieurs semaines. On avait envie de réaliser un petit trek avec un âne qui porterait nos affaires, bien sûr, mais surtout on avait envie de vivre une randonnée avec un compagnon de route inédit.

Après quelques explorations sur le web, on a découvert à la fois une très belle randonnée sur 2 jours dans les Alpes et un loueur d’ânes à proximité: Jérémy Picard sur le site anesdu HautGiffre.com propose des ânes pour partir en randonnée en autonomie ou avec un accompagnateur en montagne. 

Pour cette randonnée avec un âne dans les Alpes, on se rend dans le massif des Fiz, dans la très belle réserve de Sixt-Fer à Cheval. On souhaite monter par le GR5 et bivouaquer au lac d’Anterne  le premier jour puis monter au col d’Anterne le second jour: le dénivelé est assez important le premier jour, un peu plus de 900m. Porter plus de 30 kg pour 2 enfants et 2 adultes n’est pas envisageable avec un tel dénivelé. On manque d’entraînement.

Cette rando avec âne nous permet donc de nous rendre au lac avec un certain confort… Grâce à cette aide, on a ainsi eu l’occasion de faire un de nos plus beaux bivouacs dans un cadre aux airs de Mongolie. On aura aussi eu l’occasion de découvrir des compagnons pleins de ressources et d’une très grande intelligence, contrairement à la réputation qui leur est faite!

rando-ane-famille-alpes

 

Rencontre avec les ânes

On retrouve Jérémy au parking du Lignon. Les ânes broutent dans un pré au-dessus du parking. On récupère les sacs de portage fournis par Jérémy pour charger nos affaires de randonnée et bivouac. On fait connaissance avec Pistache, une jeune ânesse de 5 ans, un peu farouche et très gourmande, et Jo, un âne de 15 ans, un vieux briscard à l’esprit très vif. Ils peuvent porter jusqu’à 40 kilos chacun. Jérémy prend le temps de nous expliquer la psychologie de l’âne: ce n’est pas un animal de compagnie. On aura l’occasion de l’expérimenter: l’âne est un peu comme un enfant, mais un enfant à l’esprit très alerte.

loueur-anes-alpes

Petite parenthèse, contrairement au préjugé qu’on peut avoir sur l’âne, il est très intelligent: il est victime d’une malheureuse dérive avec la coutume du bonnet d’âne. Autrefois, on mettait un bonnet d’âne sur les écoliers manquant d’intelligence. Il s’agissait de leur transmettre ainsi l’intelligence de l’âne. Mais une assimilation s’est peu à peu faite entre les cancres et les ânes… à tort!

 

Conseils pour votre randonnée avec âne

Jérémy nous prévient d’emblée: il ne s’agit pas d’idéaliser une randonnée avec un âne. Celui-ci n’est pas comme un chien éduqué pour suivre docilement son maître. C’est plutôt un enfant qui cherche à tester les limites et passer outre l’autorité parentale. On peut établir avec l’âne une relation affective mais il s’agit aussi de se montrer ferme avec lui: il faut le tenir fermement et lui parler avec une certaine autorité. 

Si l’âne décide de s’arrêter, on peut lui donner une petite tape sur l’arrière-train pour l’inciter à avancer. En revanche, tirer sur la corde ne servira à rien. Il peut aussi s’arrêter non par simple caprice mais parce qu’il y a un souci: avant de l’inciter à repartir, il faut vérifier qu’il n’est pas blessé, qu’il est bien bâté, que la charge ne le déséquilibre pas. Dans la descente, le bât peut glisser en avant, et dans la montée, il peut glisser en arrière. Il peut donc être nécessaire de resserrer les attaches.

Si on fait une pause, il vaut mieux le faire à un endroit intéressant pour eux, autrement dit un endroit où ils peuvent brouter! On doit se montrer ferme avec l’âne mais cela n’empêche pas de les féliciter et les encourager, de leur monter de l’affection! Et on ne s’en est pas privés! Impossible de résister à leurs grands yeux de velours!

rando-ane-enfants

Départ de randonnée avec les ânes

Jérémy nous montre comment faire le bât sans blesser les ânes avant qu’on ne commence la randonnée. On part du parking du Lignon à 1180m pour monter au lac d’Anterne à 2063m. Nos 2 ânes nous suivent d’emblée d’un bon pas le long du sentier qui monte régulièrement.

Peu à peu, les ânes prennent leurs aises et nous testent… Jo s’arrête à tous les tas de crottin pour les renifler et sûrement reconnaître des copains. Pistache, très gourmande, ne rate pas une occasion de croquer des fleurs. On arrive peu à peu à les détourner de leur marotte. On avance d’un bon pas sans les sacs sur le dos: c’est la première fois qu’on part en bivouac aussi léger et on apprécie!

 

Des ânes aux pattes montagnardes

cascade-fiz-alpesLe sentier est rocailleux et très glissant par endroit. Il a beaucoup plu la veille. On s’aperçoit rapidement que les ânes et surtout Jo savent d’instinct où ils doivent poser leurs pattes. De temps en temps, notre âne Jo fait une pause: pas par caprice. On finit par comprendre qu’il analyse le sentier pour choisir le parcours le plus facile et le moins caillouteux. Plus d’une fois, il sortira du sentier, non pas pour prendre la poudre d’escampette mais pour éviter un passage trop rocailleux. On avance devant eux: s’ils nous voient glisser, ils évitent soigneusement de passer où on a glissé. Alors qu’on passe un ruisseau très boueux, mon pied s’enfonce jusqu’à la cheville. Pistache, qui a tout vu, saute par dessus le ruisseau d’un bond élégant qui nous laisse tous pantois! Bien joué!

On arrive face à la superbe cascade du Lautaz qui forme un très large rideau dévalant d’une haute paroi. Depuis la cascade, on poursuit notre randonnée avec les ânes en direction du Collet d’Anterne à 1816 m. On doit franchir un passage pentu très boueux. Pas évident de progresser sur le sentier glissant: il faut tenir la longe des ânes et essayer d’avancer avec eux sans leur glisser dessus. Les ânes patinent, nous aussi, mais on parvient à franchir notre seul passage difficile sur les 2 jours. On avait chacun un bâton de randonnée pour nous aider à avancer avec les ânes dans la boue.

rochers-des-Fiz-alpes-Sixt

On atteint le Collet d’Anterne avec son vaste alpage dominé par la paroi verticale des Rochers des Fiz. Le plus haut sommet à 2804 m porte bien son nom: la Tête à l’Âne! Des nuages enveloppent la paroi. Ils se déchirent par endroit et laissent apparaître le colosse minéral qui se dresse devant nous. C’est cette longue paroi rocheuse qu’on va suivre jusqu’au lac et col d’Anterne.

On descend vers un large plateau hérissé de sapins et parcouru par une rivière. Les enfants prennent notre relève. Ils sont très fiers de tenir la longe de leur âne et d’avancer avec eux. Nul besoin de les motiver pour les faire avancer ou de leur trouver une carotte si l’on peut dire: je parle des enfants!

L’heure du déjeuner approche. Les ânes tirent de plus en plus sur leur longe pour brouter. Message compris, nos estomacs aussi gargouillent. On fait la pause au bord de la rivière.

On ne sait pas trop s’il faut les attacher pendant notre halte. On décide de les laisser libres à côté de nous. Ils croquent à pleines dents leur herbe, semblent s’éloigner peu à peu mais reviennent toujours vers nous. Pistache, notre insatiable gourmande, nous rejoint même très vite lorsqu’on sort nos pommes. Je cède vite à ses grands yeux noirs de velours et la laisse croquer la mienne…

gros-plan-ane

Randonnée au lac d’Anterne avec les ânes

On reprend notre randonnée avec nos ânes. On n’est plus très loin du refuge d’Anterne. Soudain notre ânesse de charme se dresse, les oreilles bien droites: elle vient d’apercevoir 3 copains dans un pré à côté du refuge. A partir de là, nos 2 ânes savent parfaitement quelle direction prendre: rien ne les fait dévier de leur route! On suit le mouvement, pas le choix, et laisse nos 2 ânes rejoindre les autres. On les laisse faire causette les yeux dans les yeux et se renifler les naseaux un petit moment. On aura droit au même scénario le lendemain à notre retour. Il s’avère que les ânes sont très sociaux et détestent se retrouver seuls. Ils aiment se retrouver entre eux d’après ce qu’on a pu en juger. Une fois qu’on les a laissés faire leur brin de causette, ils nous suivent sans trop rechigner.

 

Il nous reste à franchir une dernière montée avec 200 m de dénivelée. Le sentier est très escarpé et très rocailleux. En une heure et demi, on franchit la bosse qui nous sépare du lac d’Anterne. Et on se retrouve …en Mongolie! Imaginez-vous descendre avec votre caravane vers un lac entouré d’une vaste prairie vert doré. Quelques marmottes au pelage roux se dressent sur votre passage. Vous atteignez les rives du lac où vous installez votre campement pour la nuit! On s’y croirait! Ah oui! Au fait, on y était! Ce n’était pas un rêve! Les Alpes ne cessent jamais de nous surprendre!

On est en milieu d’après-midi. Il nous reste la journée pour savourer ces précieux instants dans un cadre idyllique. On s’allonge contre les sacs de portage qu’on a déposés. Les ânes nous imitent. Jo, ce grand malin, a même trouvé un creux dans lequel il se niche. Quelques randonneurs passent et photographient les ânes sur fond de lac: de vrais stars!

rando-anes-et-bivouac-alpes

Pour ceux que le bivouac en pleine nature ne tente pas, il est possible de passer la nuit au refuge d’Anterne: un pré clôturé permet d’accueillir les ânes.

On se prélasse sur les rives du lac d’Anterne et attend le soir pour dresser nos tentes: il est en effet interdit de camper dans la réserve de Sixt-Fer à Cheval mais le bivouac est autorisé de 19h à 9h du matin.

2nd jour de randonnée avec un âne

 

randonnée-ane-alpe-lac-anterne

Réveil givré en compagnie des ânes

Je remonte la fermeture de notre tente et je m’attends comme tous les matins en bivouac à recevoir quelques gouttes de rosée sur la main: je reçois des petits éclats de givre! Je mets un bout du nez dehors. La gelée blanche recouvre l’alpage et nos tentes. A 2000 m d’altitude juste après la mi-août, les températures peuvent être déjà très basses. Nos tentes et duvets de très bonne qualité nous ont permis de ne pas ressentir le froid qui est tombé au cours de la nuit. Je m’extraie du duvet (dur, dur) pour aller voir si les ânes vont bien: Pistache, fidèle à elle-même, broute. Jo se relève en me voyant et s’approche de moi. Quelques calins: oui, j’avoue, je tombe amoureuse! Mais il a de ses yeux! Impossible de lui résister!

lac-Anterne-Alpes

Le paysage autour de nous s’est transfiguré: le soleil dore la haute paroi des Fiz qui se reflète dans le lac d’Anterne lisse comme un miroir. Vite, un petit thé pour se réchauffer les mains et avec ma randonneuse en herbe, on se poste longuement au bord du lac pour admirer le dédoublement des Fiz et atteindre que les rayons du soleil atteignent nos tentes. Instants d’éternité…

 

lanc-Anterne-alpes-Fiz

Des ânes face aux sommets mythiques des Alpes 

randonnée-avec-ane-alpes

Alors que les rayons du soleil éclaboussent le lac et ses rives, on se décide à démonter les tentes et bâter les ânes. Vers 9h, on repart tous du même pas. Les ânes nous suivent sans qu’on ait besoin de les y inciter. On pourrait les laisser avancer sans tenir la longe. On monte au col d’Anterne à 2257 m d’altitude. On suit un sentier escarpé et caillouteux, traverse une prairie. On est au bout de la paroi des Rochers des Fiz. La nuit très fraîche a dû creuser l’estomac de nos ânes qui s’arrêtent assez souvent pour croquer des chardons.

 

randonnée-avec-un-ane-famille-alpes

 

rochers-des-Fiz-alpes

En moins d’une heure, on parvient au col d’Anterne. Grâce aux ânes! Grâce à eux, on a pu bivouaquer dans un cadre splendide et, à présent, on fait face au massif du Mont Blanc. Une bande de nuages l’enveloppe mais de temps en temps ils s’écartent tel un rideau et nous dévoilent quelques sommets mythiques des Alpes comme le Mont Blanc, l’Aiguille du Midi ou encore les pointes des Grandes Jorasses.

mont-blanc-depuis-les-Fiz-alpes

On amorce notre longue descente vers notre parking de départ. A regret. On aurait volontiers continuer cette randonnée avec âne dans les Alpes encore plusieurs jours!

 

Anes des montagnes

On appréhendait la descente avec les ânes. Certains passages sont très raides, très rocailleux ou glissants. Les ânes s’en sortent … haut les pattes! Jo, en vieux briscard, avance lentement mais assurance. Il choisit ses passages. Il nous suffit de nous caler sur la voie qu’il a choisi et de le laisser faire. Pistache a tendance à avancer tête baissée mais elle retrouve toujours son équilibre. Ce sont de vrais montagnards!

randonnée-ane-enfant

On parvient sans difficulté jusqu’au lac d’Anterne. On décide de profiter plus longtemps de ce cadre alpin exceptionnel en y faisant la pause-déjeuner. Les ânes qui semblent avoir très faim peuvent prendre le temps de brouter et aussi avaler une baguette entière que les enfants leur donnent accompagnée de nos dernières pommes!

On repart en direction du refuge d’Anterne avec une autre descente délicate à négocier. Les ânes passent sans souci et sans stress. En réalité, c’est nous qui stressons pour eux! Arrivés au refuge, nos 2 ânes se précipitent à nouveau vers leurs copains. Comme la veille, impossible de les dévier de leur route. Ils savent ce qu’ils veulent. Ils ont leur priorité: les copains d’abord! On les laisse papoter droit dans les yeux en silence. Après quelques minutes, ils consentent à repartir. Ils restent maîtres de leur liberté de mouvement et nous le font savoir! On se ressemble!

On remonte au Collet d’Anterne. Il ne nous reste plus qu’à entamer notre longue descente vers le parking du Lignon. On appréhendait le passage boueux de la veille. Par chance, le généreux soleil qui règne depuis le matin a asséché la boue. Sauf que les ânes ont une excellente mémoire… Ils reconnaissent sans peine le passage où ils ont patiné et font tout pour l’éviter. Ils empruntent une sente qui se trouve au dessus du sentier: une sente boueuse et glissante! Ils s’en aperçoivent. Qu’à cela ne tienne! D’un bond, ils décident de récupérer le chemin en dessous. Et nous, on suit comme on peut! En réalité, c’est eux qui nous promènent!

 

Randonnée ou pas randonnée avec un âne?

On poursuit notre descente et on s’arrête souvent! Les ânes têtus ne veulent plus avancer? Même pas! De nombreuses personnes, des couples sans leurs enfants, des familles nous arrêtent pour nous poser des questions, prendre des photos. On constate une très grande curiosité pour cette façon de randonner avec un âne dans les Alpes.

Une question revient plusieurs fois: est-ce que ce n’est pas trop difficile de faire de la randonnée avec un âne? Nous avons avancé à notre rythme habituel. On s’est montré assez ferme dès le début pour que les ânes se calquent sur notre rythme et s’attachent à notre pas. On les a peu à peu laissés s’arrêter quand ils voulaient croquer quelques brins d’herbe sans que notre progression en soit ralentie.

La seule difficulté qu’on ait connue et qui finalement n’en était pas une, c’était de s’inquiéter pour eux: on craignait beaucoup qu’ils se blessent ou tombent dans les passages escarpés. Les ânes sont beaucoup plus agiles et surtout avisés qu’on ne l’aurait cru pour négocier les passages délicats.

Autant dire qu’on est conquis par la randonnée avec un âne dans nos Alpes et prêts à renouveler l’expérience!

On approche du parking. Les enfants mènent les ânes jusqu’à leur pré que ces derniers reconnaissent sans peine: ils stoppent pile devant l’entrée! Pas besoin de GPS!

Deux jours de randonnée avec les ânes et on s’est beaucoup attachés à eux. Pour ma part, je resterais bien brouter dans leur pré en leur compagnie! Je suis sûre que Jo aurait pas mal d’histoires à me raconter.

 

Randonner avec les ânes du Haut Giffre

Nous sommes partis avec les anesduhautgiffre tenus par Jérémy Picard: il vous propose des randonnées avec âne  dans les Alpes à la journée ou sur plusieurs jours. Vous pouvez partir en compagnie d’un guide de montagne ou en autonomie. Vous marchez avec les ânes à la découverte de la très belle vallée de Sixt Fer à Cheval dans les Alpes du Nord.

On vous propose des itinéraires de 2 à 6 jours qui passent par les refuges de Sixt. En circuit accompagné, la logistique est prise en charge: réservation en refuge ou gîte ainsi que tous les repas. Pour les circuits en autonomie, lesânesduHautGiffre peuvent s’occuper pour vous de la réservation des refuges.

Avant de partir, un responsable prend le temps de vous expliquer comment vous occuper des ânes. On vous fournit des sacs de portage pour vos affaires.

 

Infos pratiques sur cette randonnée avec âne dans les Alpes

Bivouac dans la réserve de Sixt Fer à Cheval

Le camping est interdit dans la réserve de Sixt Fer à Cheval mais il est autorisé de bivouaquer de 19h à 9h du matin. Si vous souhaitez bivouaquer à proximité d’un refuge, il est préférable de demander l’autorisation du gardien.

Accès

Depuis Samoëns, prendre la direction de Six-Fer à Cheval puis Salvagny par la D429 jusqu’au parking du Lignon

Dénivelée et durée

Un peu plus de 1000 m sur 2 jours, depuis le parking du Lignon à 1180m jusqu’au col d’Anterne à 2257 m d’altitude.

Difficultés

Aucune si ce n’est un sentier après la cascade du Lautaz qui peut être boueux en cas de pluie. Mieux vaut avoir un bâton de marche dans tous les cas pour faciliter les passages difficiles avec les ânes.

livre randonner avec un ânePour en savoir plus sur les randos avec un âne, je vous conseille le guide Randonner en famille avec un âne.

Vous trouverez dans ce guide des conseils pour vous occuper de votre âne, pour préparer votre randonnée en famille et 7 idées de circuits détaillés jour par jour: dans le haut Jura, le tour du Mont Blanc, le tour de l’Oisans, tour du Queyras, chemin de Stevenson, boucle de l’Ariège et 5 jours en Corse, de la mer à la montagne.

Des programmes bien alléchants!

Et vous, avez-vous eu l’occasion de faire de la randonnée avec un âne

En partageant cet article sur la randonnée avec des ânes, vous faites profiter aux autres ce que vous avez appris! Un petit clic de partage et un grand merci!

 




VOTRE COMMENTAIRE